Enseignement concernant la sagesse de la vie sociale

Type de sagesse et d'enseignement : 

Je suis Yiäh, n’aie pas honte du mal que tu as commis, mon fils ! Depuis que tu le regrettes, demande pardon aux hommes et au Divin. Ne t’engourdis jamais. Car le mal ce n’est pas toi qui le crée, mais c’est lui qui s' inscrit en toi, t’incite à le commettre, afin qu’il soit. Cependant, regrette et ne reviens pas au même mal, au mal.

Fils, je suis, comme tu es : frère des hommes et des animaux. J'évolue péniblement contre ce qui m'est imposé et je m'instruis du mal réalisé. Alors, regrette, mais ne te laisse pas abattre du mal commis. Celui qui se fait juge ! Laisse-le brûler de l'acide du feu ; seul lui qui ne pardonne pas souffre et la maladie ou la mort se réalisera en lui.
Fils, sache pardonner pour ne pas que le mal commis par un autre trouve en toi sa revanche. Ne crains le mal ni la douleur ni la souffrance et ne te désole pas s'il t'a fait commettre. Toutefois, il est là pour t'apprendre. Ne t'ulcère jamais du mauvais que le mal s'est réalisé en toi, en revanche tue l'ignorance...

Moi Iaäh fils de Tchoutchaa, comme un coq je hèle le lever du soleil pour chercher la compréhension de choses dont le Mal ? m'y impose. Je gratte en creusant le sol comme un poulet pour comprendre les pourquoi et comment. Je volette cherchant à percher la première branche de la connaissance, mais l'ignorance, qui fait le mal me maltraite. Alors, fils ne crains jamais le mauvais que tu as exécuté, le casier judiciaire n'est qu'un papier qui absorbe aussi le mensonge. Et le passé n'est plus toi qui est dans le présent. Vois devant toi et sois fière d'être sorti du mal de par sa violence.
Fils, les visages changent donc tu n'es plus celui qui a commis si seulement tu regrette vraiment.

Je suis Hiäh, le Divin connaît le bien et pardonne le mal. Ne t’offusque pas de l’œil impardonnable des hommes, car le même mal ou un mal similaire, la loi les forcera à pardonner devant le soleil. N’aie pas honte ni peur du mal que tu as commis.Tu es d’essence Cosmique, donc le Divin comprend ta gaffe et saura pardonner à quiconque regrette vraiment.

Mon garçon ; ma fille ! je ne t’ai pas demandé de faire ce que tu fais, plutôt de faire ce que je fais. Observe ce que je fais et fais comme moi, mais ne fais pas ce que je dis avant de l’expérimenter et applique cette formule à quiconque te parlant tout beau.

Fais attention ! Les mots tout comme la parole sont des énergies qui te transforment en bien ou en mal selon ce que tu écoutes et ce qu’après,tu en penses. Fils, le plus attardé des cerveaux, c’est la nature : même ce que tu ne veux pas, si tu le penses, il te l'attribue.

YÄH

Date de création : 

Mardi 23 août 2016 - 13:30

Extrait du livre : 

Partagez sur vos réseaux sociaux ou par courriel à vos amis Partagez sur vos réseaux sociaux !
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.